Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photos des Maîtres de Silat, leurs assistants et des stagiaires durant le stage international de Silat du 7 au 14 Décembre 2015
Photos des Maîtres de Silat, leurs assistants et des stagiaires durant le stage international de Silat du 7 au 14 Décembre 2015
Photos des Maîtres de Silat, leurs assistants et des stagiaires durant le stage international de Silat du 7 au 14 Décembre 2015

Photos des Maîtres de Silat, leurs assistants et des stagiaires durant le stage international de Silat du 7 au 14 Décembre 2015

Durant dix jours nous avons eu la chance de rencontrer des maîtres et grands maîtres de différents systèmes de Silat de Brunei.

A Brunei, il existe deux styles officiels de Silat (le Cakak Asli et le Kuntau) et une soixantaine de styles sont reconnus par le PERSIB (la fédération de Silat de Brunei). Il existe également de nombreux styles familiaux non enregistrés au PERSIB.

Le point commun de ces maîtres de Silat est sans doute leur hospitalité, disponibilité, simplicité et humilité. En effet, tous nous ont reçu comme des membres de leur école.

Qu'il s'agisse du président du PERSIB / chef de file du Cakak Asli qui nous a reçu pendant 7 jours chez lui pour nous entraîner, en nous attendant devant sa porte tous les soirs pour nous souhaiter chaleureusement la bienvenue et nous dire au revoir individuellement après chaque leçon, ou qu'il s'agisse des grands maîtres de Silat Betawi Tiga ou de Bandar Seni Silat qui nous prenaient dans leurs bras ou venaient nous taper dans le dos pour nous encourager et répondaient patiemment à toutes nos questions avec un sourire sincère et amusé.

La relation entre ces maîtres et nous était simple et sincère, ils se disaient honorés que nous ayons parcouru le monde pour les rencontrer et leur attitude démontrait qu'il ne s'agissait pas d'un discours de façade ou de fausse humilité. Comme vous pouvez l'imaginer, nous étions ceux ayant l'inestimable honneur de recevoir directement leurs enseignements et non l'inverse.

Jamais je ne me suis senti comme un étranger / une source de revenue. Au contraire, il est clair que pour les maîtres rencontrés le Silat ne se monnaye pas mais se mérite: si on le demande (à Brunei il y'a un diction disant que si l'on a une demande, on se déplace pour la faire) et travaille sincèrement, ces maîtres donneront leur savoir sans garder le moindre secret.

La moyenne d'age des Maîtres devait avoisiner les 65 ans (si l'on exclut Maul Mornie du SSBD qui est bien plus jeune). Voir ces hommes d'un age mur, souriants et petits descendre sur leurs appuis bien plus bas que des participants ayant la moitié de leur age et se transformer soudain en félins agiles et d'une vivacité n'ayant rien à envier à de jeunes athlètes, avec un regard perçant et une précision mortelle est une expérience incroyable.

Au moment de notre départ, les maîtres rencontrés ont invité les participants au stage à revenir afin de continuer à partager leur savoir sur le Silat Brunéien. Au-delà de l'expérience martiale exceptionnelle qui sera relatée plus en détail ultérieurement, rencontrer des maîtres de Brunei est une expérience humaine hors du commun.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :